Apprendre le portugais au brésil – Mon vécu – Partie 2

Pour la partie I, c’est par ici . Ces articles ne vous apporteront pas forcément de conseils concrets pour apprendre une langue, mais ca vous donnera j’en suis sur une idée de ce qu’on peut ressentir, frustration et joies, et des petits pas que l’on fait quand on apprend une langue. Qui sait, peut-être même que vous vous y reconnaîtrez. Et puis j’aime bien vous raconter ma vie.

Bem-vindo ao Rio de Janeiro

J’arrive à Rio, je fais du couchsurfing chez Fabio. Il accueil déjà deux argentins, c’est un peu la folie en ce moment car c’est bientôt le carnaval, alors il reçoit des dizaines de demandes chaque jours! Fabio vient du nord du Brésil. Vous voyez la France? Vous voyez la différence d’accent entre le Nord et le Sud? Bon, maintenant dites vous que le Brésil c’est grand comme Dix Sept fois la France. L’accent du Nord Brésil de Fabio (rien à voir avec le chtit ceci dit) est pas réputé comme le plus facile! Les deux argentins maîtrisent plus ou moins bien le portugais, ils font un mélange des deux langues, ce qu’on appel du portunol. Bref, j’ai beaucoup de mal, je ralenti pas mal les conversations, et je casse un peu le rythme. Je me sens pas super à l’aise, et je vois que Fabio pour le coup est pas très motivé à faire l’effort de répéter et de parler lentement. J’abandonne, tant pis, je parle anglais avec lui. Oui je sais, je ne suis qu’un sale faible!

Passons aux choses pas sérieuses

Trois jours plus tard, j’avais déjà prévu de changer de couchsurfing avant d’arriver ici, mais du coup ça m’arrange un peu, vu la relative déception linguistique que j’ai vécu ici. J’arrive donc chez un grand bonhomme, Raphael. Quand je débarque il est tout seul chez lui et il passe sur l’anglais des qu’il voit que je galère trop (Au bout de deux phrases donc), malgré mes demandes. Rahhh bordel mais vous allez me parler portugais oui ou non! D’autant plus que lui aussi a manifestement envie de pratiquer son anglais. Et puis arrivent ses colocs, et la c’est comme un ciel pluvieux qui se transforme en soleil de plage. Joao Paulo, Lino, et l’autre Rapha ne parlent pas très bien anglais, voir pas du tout. Youhou!

Encore une fois, comme c’est Carnaval ici, la ville est bourrée de gringos comme moi. Rapha et ses colocs accueillent donc aussi une allemande et une Italienne. Oui je sais, ça en fait du monde dans l’appart. Surprise, les deux européennes sont largement plus à l’aise en portugais qu’en anglais! Les deux ont déjà fait plusieurs mois de bénévolat ou études au Brésil. Comme quoi l’anglais n’est finalement pas toujours la langue internationale, on m’avait menti!  Du coup, il n’y a que Rapha qui me parle anglais (et encore, à force de le saouler avec ça il commence doucement à comprendre que je veux VRAIMENT parler portugais) Comme à Sao Paulo, ça m’aide à fond! J’ai quitté la piste cyclable, je suis passé sur l’autoroute linguistique la! Ajoutez quelques caipirinhas, le cocktail typique du brésil, et j’ai l’impression d’avoir appris le portugais en 3 semaines. Je me rend compte le lendemain que c’est pas exactement le cas, mais bref, je fais de réels progrès, et j’apprend des termes intéressants que j’aurais un peu de mal à demander à un prof. « Je vais pisser » par exemple. Rigolez pas (trop), ça sert.

La magie du couchsurfing

J’avais prévu de rester trois ou quatre jours ici, Je squatte finalement deux semaines chez eux! A ce niveau la, Raphael à compris que je veux parler seulement Portugais, et ses colocs l’engueulent quand il me parle en anglais « mais il t’a dit de parler portugais cara! » En trois semaines, je fais un bon de géant dans mon apprentissage. Et je gagne aussi beaucoup en expérience en ce qui concerne les caipirinhas…mais c’est une autre histoire.

Je me balade toujours avec mon petit carnet dont je vous parlait dans la partie I et j’arrête pas de noter des trucs. Je me force à ne pas en noter trop pour pas que ça devienne un dico, et pour que je retienne. Ça les fais bien marrer mon carnet, du coup parfois ils me sortent un truc que je comprend pas et s’empressent de dire « ha oui celui faut que tu le note, ça sert a fond! » Sincèrement, ces deux semaines ont été épuisantes. Y’a des fois ou j’en ai ma claque de naviguer dans cet océan toujours un peu flou, de comprendre des bouts mais pas tout, de faire parfois semblant de rigoler au blagues (Oh ça va hein, je suis sur que ça vous est arrivé aussi), de demander toujours comment on dit ceci, cela…Alors parfois, on lâche prise, et on abandonne la conversation en se laissant aller à ses pensées.Je pense que c’est normal, y’a un moment ou le cerveau n’en peux plus d’être concentré à 100%, et ou ça te sort par les trou de nez. Une nuit de sommeil et ça repart!

Mais vraiment, je vous le redit parcque je sais que vous lisez pas forcément toutes mes conneries et que vous sautez des paragraphes, énormes, gigantesques, gargantuesques progrès. A partir de la, je commence a me dire que j’ai un peu plus qu’un niveau de base en portugais, que je peux me déplacer, poser des questions au gens, directions, avoir des conversations simples, tout ça.

Je remarque quand même qu’il y’en a un ou je comprend absolument rien quand il parle, c’est Joao Paulo. J’ai beau essayer, et lui aussi fait des efforts,il me parle très lentement, rien à faire, je comprend pas son accent. Ha et aussi, je sais parler ni au passé, ni au futur. Oh le présent c’est déjà pas mal non?

Pour aller plus loin (et plus vite) :

Domptez les langues – Le guide

Cliquez pour voir la liste des articles publiés depuis le début de ce blog

09juin

1 Commentaire sur “Apprendre le portugais au brésil – Mon vécu – Partie 2”

  1. bevatoibiogue dit :

    payday loans online ^hi258$ payday loans online

Laissez une réponse

CommentLuv badge